planter


planter

planter [ plɑ̃te ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1140; lat. plantare « enfoncer avec la plante (du pied) », et spécialt « enfoncer un végétal »
I
1Mettre, fixer (un plant) en terre. Planter des arbres en quinconce. « Plantez un saule au cimetière » (Musset). Planter des salades. repiquer. Planter ses choux. Absolt Outil, machine à planter. plantoir; planteuse, repiqueuse. Pronom. (pass.) Les arbres se plantent en hiver.
Par ext. (1570) Mettre en terre (des graines, bulbes, tubercules). semer. Planter des tulipes.
2Garnir de végétaux qu'on plante par plants ou semences. Planter un lieu d'arbres. boiser, peupler, reboiser. Planter un pays en vignes, des terrains en gazon. ensemencer. Avenue plantée d'arbres. Champ planté en seigle, en maïs.
3(1432) Enfoncer l'extrémité de (un objet pointu) en terre; et par ext. en tout autre endroit. enfoncer, 1. ficher. Planter un pieu, un piquet. Planter des clous. Chien qui plante ses crocs dans la chair. Se planter une épine dans le pied. Pronom. (réfl.) Flèche qui vient se planter dans une cible.
Par méton. Planter un bâtiment, planter des piquets pour en fixer le tracé.
P. p. adj. (en parlant des cheveux, des poils de barbe, des dents) plantation. Une barbe bien plantée. Des cheveux plantés dru. « Une bouche épaisse toujours ouverte sur des dents mal plantées » (F. Mauriac).
4(1552) Mettre, placer debout, droit. dresser. Planter un drapeau, une enseigne sur les tours d'un bâtiment. arborer. Planter une échelle. poser. Planter sa tente. Planter les décors, les disposer sur scène. « Deux femmes en cheveux ont planté leurs chaises au milieu de la chaussée » (Colette). Loc. fam. Planter un drapeau.
Fig. Planter un personnage. camper. Romancier, dramaturge qui sait planter ses personnages.
5(1250) Appliquer directement et brusquement. « Il plante son regard dans le regard troublé de l'enfant » (Martin du Gard). « Il lui planta un rude baiser sur la nuque » (Zola).
6(XVe) PLANTER LÀ QQN, QQCH., le quitter, l'abandonner brusquement. ⇒fam. plaquer (cf. Laisser en plan, laisser tomber). Il l'a planté là et s'est enfui en courant. « Elle est décidée à tout planter là, à sortir de ce paradis pour aller vivre dans votre mansarde » (Balzac).
II ♦ SE PLANTER v. pron.
1(1512) (Réfl.) Se tenir debout et immobile (par rapport à qqch.). s'arrêter, se poster. Venir se planter devant qqn, en face de qqn.
2(v. 1970) (Réfl.) Fam. Sortir de la route, en parlant d'un véhicule, d'un conducteur. Voiture qui se plante à la sortie d'un virage. Se planter en moto.
Fig. Échouer. Elle s'est plantée à son examen. Se tromper, faire une erreur. se gourer; plantage. Se planter dans ses prévisions. Ordinateur qui se plante, cesse de fonctionner à cause d'une panne logicielle. L'ordinateur est planté.
⊗ CONTR. Arracher, déraciner. 1. Coucher.

planter verbe transitif (latin plantare) Placer en terre une plante, un arbrisseau, un tubercule, une bouture, pour qu'ils y croissent. Faire pousser des végétaux sur un terrain, dans une région : Planter un jardin d'arbres. Enfoncer quelque chose de pointu dans quelque chose, dans le corps de quelqu'un : Planter des clous dans le mur. On lui a planté un couteau dans le dos. Mettre quelque chose quelque part, le dresser, l'installer, le placer debout : Planter sa tente dans le jardin. Appliquer brusquement quelque chose quelque part : Planter un baiser sur la nuque. Familier. Abandonner brusquement quelqu'un, quelque chose quelque part : Il m'a planté au coin de la rue. Familier. Provoquer par accident le blocage d'un ordinateur. ● planter (citations) verbe transitif (latin plantare) Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Passe encor de bâtir : mais planter à cet âge ! Fables, le Vieillard et les Trois Jeunes Hommes planter (expressions) verbe transitif (latin plantare) Planter le(s) décor(s), poser les décors d'une scène de théâtre ; décrire le décor, le cadre d'une scène écrite. Planter un personnage, le camper, le décrire avec netteté. Planter ses yeux, son regard dans les yeux de quelqu'un, le fixer avec une certaine animosité, une certaine force. ● planter (homonymes) verbe transitif (latin plantare)planter (synonymes) verbe transitif (latin plantare) Placer en terre une plante, un arbrisseau, un tubercule, une...
Synonymes :
Faire pousser des végétaux sur un terrain, dans une région
Synonymes :
Enfoncer quelque chose de pointu dans quelque chose, dans le corps de...
Synonymes :
Familier. Abandonner brusquement quelqu'un, quelque chose quelque part
Synonymes :
- laisser tomber
- plaquer (familier)

planter
v.
rI./r v. tr.
d1./d Mettre en terre (une plante) pour qu'elle prenne racine et croisse. Planter un arbre.
d2./d Mettre (des graines, des tubercules, etc.) en terre. Planter des pommes de terre, des haricots.
d3./d Ensemencer, garnir (une terre de végétaux).
d4./d Enfoncer, ficher (dans le sol, dans un matériau résistant). Planter un poteau. Planter des clous dans un mur.
d5./d Fixer, placer droit. Planter un drapeau au sommet d'un édifice.
d6./d Appliquer avec force, brusquement. Planter un baiser sur la joue de qqn.
d7./d Fam. Planter là: abandonner brusquement.
d8./d Loc. (Québec) Fam. Planter une (ou la) pirouette: faire une culbute.
rII./r v. Pron.
d1./d (Passif) Ces arbres se plantent avant l'hivernage.
|| Le couteau s'est planté à deux centimètres de son pied.
d2./d Se planter quelque part, s'y placer et y rester sans bouger.
d3./d Fam. Se tromper. Il s'est planté dans ses calculs.
échouer. Je me suis planté à mon examen.
Tomber. Il s'est planté la tête la première.

⇒PLANTER, verbe trans.
I.Empl. trans.
A. —1. Mettre, enfoncer en terre un jeune végétal afin qu'il croisse. Planter un chêne; planter de la salade, des fleurs (au cordeau, en ligne); planter des arbres fruitiers (en quinconce). Autrefois on plantait dans les cimetières quelque noyer dont l'huile servait au luminaire de l'église (POURRAT, Gaspard, 1922, p.71). Parvenue devant le tertre, Cécile commença de creuser la terre. Dans chaque trou, elle plantait une touffe de myosotis (DUHAMEL, Cécile, 1938, p.272):
1. Jean, reprit-il (...) tu planteras les peupliers que j'ai achetés. En les mettant dans la rivière, ils se nourriront aux frais du gouvernement, ajouta-t-il en se tournant vers Cruchot (...). Cela est clair: les peupliers ne doivent se planter que sur les terres maigres, dit Cruchot stupéfait par les calculs de Grandet.
BALZAC, E. Grandet, 1834, p.91.
Empl. abs. Outil à planter. Abattre des bois, défricher, semer, planter, construire une maison, tout cela est au-dessus des facultés d'une femme habituée à l'opulence et à l'insouciance des détails (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p.1829). Je me suis hâté de planter: c'était le dernier moment (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p.35).
Expr. fig.
Arrive, vienne qui plante (vx). [Pour marquer que l'on est décidé à accepter des événements futurs, quels qu'ils soient] Synon. advienne que pourra. J'ai vu plus d'une fois dans du marc de café que nous devions finir ensemble. Bah! arrive qui plante! (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.64):
2. M. de Roquemont, dont la femme était très galante, couchait une fois par mois dans la chambre de madame, pour prévenir les mauvais propos si elle devenait grosse, et s'en allait en disant: «Me voilà net; arrive qui plante».
CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p.88.
Planter ses choux. V. chou D.
2. P. ext. Mettre, enfoncer en terre des graines, des semences, des bulbes, des tubercules. Planter des pépins; planter des capucines, des fèves, des haricots, des pommes de terre. Plantez ici à votre départ un gland, il sera à votre retour un chêne! (BERTRAND, Gaspard, 1841, p.155):
3. Ma belle-mère, elle, a la manie des noyaux de pêches. Quand elle en a mangé une belle, elle va tout de suite en planter le noyau. Il y a des pêchers partout.
RENARD, Journal, 1892, p.117.
Expr. pop. Planter un enfant. Engrosser. C'était (...) chez les camarades du coron l'heure des bêtises, où l'on plantait plus d'enfants qu'on n'en voulait (ZOLA, Germinal, 1885, p.1232):
4. ... des femm' légitimées, attelées, ma foi, d'un bon mari courageux dans les brancards, et qui n'peuvent point n'arriver à s'en faire planter un ch'ti, même en allant, el' matin ed' la Visitation, piquer un' fichette dans l' naze ed' ce bon saint Léonor, el' père Gonfle-musette, coumme on dit, el' patron des femm' stérilisées?
MARTIN DU G., Gonfle, 1928, III, 1, p.1224.
3. Mettre en terre, faire pousser un ensemble d'arbres, de végétaux, sur un même terrain, dans un même espace. Planter un bois, une vigne. Le bois étant rare dans ce canton, je plantai un taillis considérable dès la seconde année de mon établissement (CRÈVECOEUR, Voyage, t.3, 1801, p.53). Je voudrais planter aussi un verger sur la terre de Clodius. Je crois avoir trouvé un joli coin, à l'abri d'une petite falaise, bien au midi, avec un peu d'eau (BOSCO, Mas Théot., 1945, p.328).
4. [P. méton.; avec parfois un compl. prép. introduit par de/en, et précisant la nature des végétaux utilisés] (Faire) garnir un lieu de végétaux. Planter un terrain d'arbres, en gazon, en vignes. Le type du jeune homme actuel qui ne veut pas se contenter de sa position, qui veut tout (...) qui songe à acheter une immense plaine de son pays, à la planter en pommiers de reinette (GONCOURT, Journal, 1868, p.463). Des dunes arides. En marche sous l'effort du vent, déplacées grain à grain, elles envahissaient l'intérieur (...). On les planta de pins pour les fixer (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p.144):
5. ... en trois jours M. Bertuccio avait fait planter une cour entièrement nue, et de beaux peupliers, des sycomores venus avec leurs blocs énormes de racines ombrageaient la façade principale de la maison...
DUMAS père, Monte-Cristo, t.2, 1846, p.44.
Part. passé en empl. adj. Terrain planté d'arbres fruitiers.
En partic. [Selon une disposition linéaire, pour faire une bordure] Planter une avenue (de tilleuls). Louis XIV y revint [à Fontainebleau] (...), lorsqu'il fut fatigué de Versailles et de la vie (...). Il planta l'allée de Maintenon (...) fit refaire les jardins par Lenôtre (MICHELET, Journal, 1833, p.109).
Part. passé en empl. adj. Avenue plantée d'arbres.
B.P. anal.
1. Enfoncer quelque chose.
a) Enfoncer en terre l'extrémité d'un objet que l'on veut maintenir à la verticale. Planter un pieu, un piquet, un poteau; planter des bornes. En Bourgogne et dans les villes du midi on plantait l'arbre de la liberté, c'est-à-dire un mât surmonté d'un bonnet rouge (HUGO, Misér., t.2, 1862, p.40):
6. Jadis (...) les amoureux venaient planter sous la fenêtre de la promise des mais bruissants, des branches de feuillages symboliques, qui étaient une déclaration d'amour.
MOSELLY, Terres lorr., 1907, p.160.
Arg. [Le suj. désigne un homme] Pénétrer sexuellement (d'apr. CELLARD-REY 1980).
P. métaph. J.-L. Barrault: C'est [le théâtre] un art sexuel. Il est la poésie du corps humain qui se meut dans l'espace. L'acteur, s'il sent qu'il a planté son public, doit pouvoir se retenir. Attendre est une jouissance extraordinaire (L'Express, 23 févr. 1976, p.40, col. 3).
b) Planter qqc. (dans qqc.). [Le compl. prép. introduit par dans désigne un corps solide, une masse] Enfoncer un objet pointu. Planter un clou dans une planche, des crocs dans la chair, une aiguille dans la peau. Après quatre ou cinq passes (...) Alban (...) planta l'épée jusqu'à mouiller ses doigts dans la plaie. Le taurillon marcha un peu, fléchit et tomba (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p.441). Mme de La Monnerie planta ses épingles dans son chapeau (DRUON, Gdes fam., t.2, 1948, p.147):
7. ... il fait sauter son arme à plat dans la main. —Tu vas te couper, dit Camille. Il ne haussa même pas les épaules (...). Mais il étala sa main sur le sol doigts étendus et se mit à planter son couteau très vite dans chaque intervalle.
QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p.49.
Empl. pronom. réfl. indir. Une sorte de dahlia vert que les femmes d'Océanie se plantent dans les cheveux (LOTI, Mariage, 1882, p.162).
Au part. passé en empl. adj. Implanté d'une certaine manière. Dents mal plantées. Ses cheveux noirs, plantés avec symétrie, formaient une pointe marquée au milieu du front, qui était très blanc (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p.628).
Expr. fig., fam. Planter des cornes, en planter à qqn. V. corne I A 3 b.
[Le compl. prép. introduit par dans désigne une cavité, un objet creux] Seul, devant un autel latéral, un vieux sacristain plantait des fleurs de papier dans des vases de porcelaine (A. FRANCE, Orme, 1897, p.20). Le téléphoniste plantait ses fiches dans le standard, et notait sur un livre épais les télégrammes (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p.94).
c) Planter qqc. sur qqc. Placer en enfonçant. Il s'empara d'abord (...) de la vieille couronne de bluets qu'il planta sur sa tête (SUE, Atar-Gull, 1831, p.14). Sa façon de planter le béret sur ses cheveux blonds et fins comme des cheveux d'enfant (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.61).
Au part. passé en empl. adj. Placé, disposé d'une certaine manière. Tête mal plantée (sur le corps). Son maigre corps planté sur des pattes nerveuses (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p.110). Comme les filles sont belles, élancées, avec des seins hauts, bien plantés, des hanches longues et des jambes nerveuses, la rue de Valencia est un enchantement de chaque minute (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.49).
2. Mettre quelque chose en place à la verticale.
a) Mettre, placer droit. Synon. dresser. Planter un mât, une échelle. Un truand présenta sa bannière à Clopin, qui la planta solennellement entre deux pavés (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p.469). Il n'y a guère qu'un siècle et demi qu'il [le peintre] a commencé à planter son chevalet directement devant le motif, afin d'en tirer son tableau (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.103).
b) Installer, construire un objet haut et droit. Synon. élever, ériger. Planter un menhir, un obélisque, une croix. Les missionnaires (...) qui vont planter à tout coin de route des calvaires (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.428):
8. ... il a eu soin de planter autour du domaine, de grandes pierres qui, de distance en distance, même quand les moissons sont hautes, dépassent les épis et affirment les droits de cette terre que les Alibert ont cultivée.
BOSCO, Mas Théot., 1945, p.54.
P. ext. Établir. Sa femme tenait déjà un débit, ainsi que beaucoup de femmes de mineurs: et, quand il fut jeté sur le pavé, il resta cabaretier lui-même, trouva de l'argent, planta son cabaret en face du Voreux, comme une provocation à la compagnie (ZOLA, Germinal, 1885, p.1190).
c) En partic.
Planter une tente. Dresser le(s) mât(s) et mettre en place la toile et les différents éléments de fixation au sol. Jean (...) voulut en personne planter la tente. Il montra à ses hommes comment il fallait choisir un terrain en pente légère, enfoncer les piquets de biais, creuser une rigole autour de la toile, pour l'écoulement des eaux (ZOLA, Débâcle, 1892, p.86).
P. méton. Planter sa tente. Se fixer, s'établir. Pour tous les Pasquier de Paris, ce Nesles demeurait donc la campagne par excellence, l'endroit où l'on rêve de revenir planter sa tente (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p.131).
Planter un décor. Mettre en place les différents éléments qui composent un décor, notamment au théâtre. Trois journalistes (...) voyant l'air furieux de Saint-Loup, se rapprochèrent, amusés, pour entendre ce qu'on disait. Et comme on plantait un décor de l'autre côté nous fûmes resserrés contre eux (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.178).
Au fig. [Dans une oeuvre littér.] Je donne tous ces détails non par goût des antiquités ni par scrupule archéologique, mais pour bien planter le décor de la foire que je décrirai tout à l'heure (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.183).
ARCHIT. Planter un édifice. ,,Faire les travaux préliminaires à sa construction`` (JOSSIER 1881).
3. Mettre quelqu'un debout.
a) Vx. Planter qqn quelque part. Aposter quelqu'un dans un endroit (d'apr. LITTRÉ).
b) Mettre quelqu'un debout sur ses pieds. Je n'y réussirai donc jamais à te retirer de c'te saleté de balançoire et à te planter debout sur les deux pieds (CLAUDEL, Échange, 1954, III, p.784).
P. anal. [Le compl. d'obj. dir. désigne un animal] Tous les trois s'épuisaient à l'arc-bouter [l'âne], à l'étayer de leurs genoux et de leurs coudes. Enfin, ils venaient de le planter sur les quatre pieds, (...) lorsque, dans une brusque révérence en arrière, il culbuta de nouveau (ZOLA, Terre, 1887, p.357).
Au fig. Planter un/des personnage(s). Imaginer le(s) personnage(s) d'une oeuvre dramatique ou littéraire et le(s) faire vivre. (Dict. XXes.). Part. passé en empl. adj. Héros bien planté (ROB.).
c) Part. passé en empl. adj. [En parlant d'une pers. ou p.anal. d'un animal]
) Debout et immobile. Être planté là; être planté sur ses jambes; rester planté comme un piquet. Sur un plancher saupoudré de sciure et maculé de sang, solidement plantées, les pattes larges pressant le sol, la tête de côté et l'oeil rond, les deux bêtes immobiles [deux coqs], qui s'épiaient (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p.117). Plantée toute droite, immobile sur les marches (...) elle fixait ce paysage fané, changé (GRACQ, Beau tén., 1945, p.173):
9. Elle est debout devant lui, bien plantée sur ses sabots. De larges taches mouillent la chemise, sous les aisselles. Le facteur caresse des yeux les hanches larges, les seins bien amarrés.
MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p.1058.
) Bien planté. En bonne santé, d'aspect solide. Enfants bien plantés. Quatre garçons d'honneur, tous Islandais, bien plantés, avec de beaux yeux fiers (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p.254).
Au fig. Vous savez, mon ami, l'horreur qu'a tout homme, dont le coeur et l'esprit sont un tant soit peu bien plantés, pour les sentiments serinés et les phrases stéréotypées (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p.299).
4. Appliquer quelque chose d'une manière directe et avec une certaine brusquerie. M. Lerebour avait saisi sa femme par la taille et il lui plantait des rangs de baisers dans le cou, des baisers à bruits, comme jadis (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Serre, 1883, p.678). L'autre, alors, prenant son élan, lui planta son pied au bon endroit, si raide, qu'il l'envoya tomber sur le nez, à quatre pas (ZOLA, Terre, 1887, p.332). [Le] turc, qui me plantait en plein visage le regard de ses yeux bleu foncé, droit comme une épée (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p.3).
5. Fam. Planter (là) qqn/qqc. Abandonner quelqu'un ou cesser quelque chose. Synon. laisser en plan qqn/qqc. (v. plan3 C 1).
a) Vx, pop. Planter là qqn pour reverdir. Laisser quelqu'un attendre. Mon pauvre Cibot va si mal, que je vais vous planter là pour reverdir. Mon Cibot avant tout, voyez-vous! Quand mon homme est malade, moi, je ne connais plus personne (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p.233).
b) Planter (là) qqn. Quitter quelqu'un brusquement. Il la planta là, au milieu de sa leçon. Et la pauvre Grazia pleura toutes les larmes de son corps (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p.787). Mes compliments, tu sais ! Tu as une façon de planter là les gens! Franchement, qu'est-ce qui t'a prise? (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p.152).
En partic. Rompre des liens d'affection, abandonner. Ah! certes, oui, par exemple, (...) que je vous lâcherais, et que je vous planterais, et que je vous plaquerais, si nos relations devaient être sans virilité (BLOY, Journal, 1900, p.378):
10. Janine se montrait faible avec lui: il obtenait d'elle tout ce qu'il voulait. Quand je pense qu'autrefois il menaçait de la planter là, persuadé que tu ne nous laisserais rien; et c'est lorsque tu nous fais l'abandon de ta fortune, qu'il se décide à prendre le large.
MAURIAC, Noeud vip., 1932, p.280.
c) Planter là qqc. Interrompre subitement une action, une tâche qui n'est pas achevée. Il plantait là toute discussion, en ayant pour le moment assez (MALÈGUE, Augustin, t.2, 1933, p.479). «Le téléphone!» criait l'aîné, et Jonas plantait là son tableau pour y revenir, le coeur en paix, avec une invitation supplémentaire (CAMUS, Exil et Roy., 1957, p.1640).
Tout planter là. Renoncer brusquement et d'une manière définitive à poursuivre quelque chose, sous l'effet de sentiments violents. Avait-il voulu disparaître, par fantaisie? Tout planter là, ses quatre gosses, sa femme malade, et ses chefs, et sa brouette de cantonnier, pour essayer d'oublier tout, de recommencer mieux sa vie? (MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p.1018).
II.Empl. pronom. réfl.
A. —[Le suj. désigne une pers. ou, p.anal., un animal]
1. Se planter devant, derrière, à côté de qqn/qqc. Se placer debout devant quelqu'un/quelque chose, et rester immobile. Jean Ircoeur, trois ans, a quitté sa place et, les deux poings aux hanches, est venu se planter devant le bureau de la directrice: —Dis donc, est-ce que je suis un homme? —Pour sûr (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p.193). Il a détaché Caroline (...). Elle est allée se planter des quatre pattes devant le cyprès (GIONO, Regain, 1930, p.60). Elle (...) se planta devant le miroir et se rasa une aisselle après l'autre (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.325).
2. Se planter sur + subst. désignant une partie du corps. S'installer solidement. Se planter sur ses jambes. La plupart [des garçons] se plantaient déjà sur d'énormes pieds nus, rouges, écorchés ou striés de cicatrices (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.139):
11. C'était une chienne d'une maigreur affreuse (...). Il voulut chasser ce squelette de bête; et cria: «Va-t-en. Veux-tu te sauver, houe! houe!» Elle s'éloigna de deux ou trois pas, et se planta sur son derrière, attendant...
MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Hist. chien, 1881, p.765.
B. —[Le suj. désigne une pers.] Empl. abs., fam. Heurter brutalement un obstacle et, en partic., avoir un grave accident (en voiture, en moto, en avion). Se planter à l'atterrissage. Elle se fait engager comme coursier moto. Un jour, elle se plante et se relève avec une triple fracture du crâne et un sérieux traumatisme (Le Nouvel Observateur, 16 févr. 1976, p.39, col. 2).
Au fig. Se tromper grossièrement, échouer. Se planter dans ses prévisions. Je me suis planté à l'ENA (Le Point, 3 oct. 1977, p.104, col. 3). Laissez tout ça (...). «La gauche s'est plantée, point final» (Le Point, 3 oct. 1977, p.105, col. 3).
REM. 1. Plantaison, subst. fém., rare. Implantation. La plantaison de la tête sur les épaules par l'intermédiaire, par le ministère de la nuque (...) trahit ce que je suis (...) un paysan (non) égaré (PÉGUY, V.-M., comte Hugo ds Cah. de la Quinzaine, 12e série, 1er cah., 1910, p.24). 2. Planté, subst. masc., ski. Planté (de bâton). Action de planter un bâton dans la neige à mi-hauteur entre la spatule et l'étrier du ski, pour provoquer un mouvement de rotation. Dans le christiania léger, le planté est effectué en fin de flexion, à l'attaque de l'extension (GAUTRAT Ski 1969).
Prononc. et Orth.:[], (il) plante []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1130 «fixer (un végétal jeune ou à l'état de bouture) en terre (pour qu'il y prenne racine et croisse)» (Paraphrase du Cantique des Cantiques, 55 ds W. Foerster et E. Koschwitz, Altfr. Übungsbuch, p.166); b) ca 1393 «semer» (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, IIv, 42, p.200); 2. ca 1165 part. passé «bien campé, qui se tient bien (sur un cheval)» (Troie, éd. L. Constant, 10673); 1512 se planter «se poster, se camper» (J. LEMAIRE DE BELGES, Illustrations, I, 255 ds QUEM. DDL t.4); 3. 1174-76 fig. «ancrer dans, enraciner dans» (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 535); 4. a) 1188 «ficher, placer en enfonçant dans quelque chose» (AIMON DE VARENNE, Florimont, 2376 ds T.-L.); b) fin XIVes. se planter en «se lancer dans ou au milieu de» (FROISSART, Chron., éd. S. Luce, I, 740, t.8, p.154); 5. a) 1188 «disposer, mettre en place, fixer, implanter» (AIMON DE VARENNE, op. cit., 1939, 1943 ds T.-L.); b) ca 1240 «dresser, disposer verticalement» (Mort Aymeri de Narbonne, 3312, ibid.); 6. fin XIIes. planté «garni, peuplé de végétaux» (Orson de Beauvais, 1146, ibid.); 7. ca 1260 «placer, appliquer directement» (R. DE BLOIS, Beaudous, 2443, ibid.); 8. 1557 abandonner, laisser» (DU BELLAY, Divers jeux rustiques, La Vieille courtisanne, 455 ds OEuvres, éd. H. Chamard, t.5, p.174); 9. 1732 bien planté (d'une personne) «en bonne condition, de bonne constitution» (DESTOUCHES, Le Glorieux, I, 5, p.20. Du lat. plantare «enfoncer ou tasser la terre avec le pied» d'où «enfoncer la terre autour d'un plant, planter», dér. de planta, v. plante1. Fréq. abs. littér.:1436. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 1743, b) 2428; XXes.: a) 2649, b) 1717.
DÉR. Plantage, subst. masc. a) Action de planter (un végétal). Dans ce plantage d'arbustes, amenés par charretées, dans la fatigue des courses chez les pépiniéristes de la banlieue parisienne, dans cette vie de plein air et sur les jambes, (...) dans la création de mon jardin, je vis en un bienheureux ahurissement (GONCOURT, Journal, 1872, p.920). P. méton. Surface plantée. Plantages soigneusement entretenus (CHATEAUBR., Disc. et opin., 1826, p.233). On traversa vergers, plantages sans clôture, Négligence des prés qu'enlace la culture (SAINTE-BEUVE, Pens. août, 1837, p.459). b)Technol. ,,Charpente montée à l'extrémité d'une corderie, et dont une traverse reçoit le bout des manivelles qui y tordent le cordage`` (BONN.-PARIS 1859). []. Att. ds Ac. 1694-1878. 1re attest. 1427 «action de planter, plantation» (Compte d'ouvrage, 1ère somme de mises, A. Tournai, 29 nov.-13 déc. et 15 nov.-14 févr. ds GDF. Compl.); de planter, suff. -age.
BBG. —CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p.240. —QUEM. DDL t.14. —RICHARD (W.) 1959, p.73. —SAIN. Arg. 1972 [1907] p.111, 259. —VITU (A.). Le Jargon du XVes. Ét. philol. Genève, 1977 [1884], pp.450-452.

planter [plɑ̃te] v. tr.
ÉTYM. 1140; du lat. plantare « enfoncer avec la plante (du pied) », et spécialt « enfoncer un végétal (planta) dans le sol ». → Plante.
A
1 Mettre, fixer (un plant) en terre. || Planter des arbres. Plantage, plantation (→ Industrieux, cit. 3). || Planter des pins en ligne, en carré, en échiquier, en quinconce. || « Plantez un saule au cimetière » (cit. 5, Musset). || Planter des salades. Repiquer.Fig. Planter ses choux. Chou (cit. 3). → Plancher, cit. 5, Rabelais; et aussi imiter, cit. 20. — Absolt. || Outil à planter. Plantoir. || Planter au cordeau (cit. 1). || « Mais planter à cet âge ! » (cit. 44, La Fontaine).
(1570). Mettre en terre un à un (des graines, bulbes, tubercules…). Semer. || Planter des haricots, des pommes de terre, des capucines…
1 J'avais semé là des melons de Malte mais voilà que, pour y planter vos misérables fèves, vous m'avez détruit mes melons déjà tout levés (…)
Rousseau, Émile, II.
2 Garnir de végétaux qu'on plante par plants ou semences. || Planter un lieu d'arbres. Boiser, peupler, reboiser. || Planter un pays en vignes (→ Friche, cit. 2), des terrains en gazon (cit. 5) anglais. Ensemencer.
2 Vous aviez apporté ici des oiseaux, l'ouragan les a tués. Vous aviez planté ce jardin, il est détruit.
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 64.
3 (1432). Enfoncer, faire entrer en terre, et, par ext., en tout autre endroit. Enfoncer, ficher, implanter (rare). || Planter un pieu, un piquet, des jalons (au fig. Jalon). || Planter de petits bouts de bois (→ Crapaudine, cit. 1). || Planter des clous (cit. 4) dans un mur, une planche. || Planter droit, de travers. || Creuser un trou et planter une cheville (→ Hisser, cit. 8).Littér. || Planter ses griffes dans la chair (fig. → Griffe, cit. 10). || Matador (cit.) qui plante l'épée. || Il lui planta son fer dans le côté (→ Lance, cit. 5).Planter un peigne dans son chignon (→ Orner, cit. 16). || Téléphoniste qui plante ses fiches (cit. 1) dans son standard. — ☑ Loc. fig. (Fam., vx). Planter des cornes, en planter à quelqu'un, lui en faire porter, le tromper.
3 Je sais les tours rusés et les subtiles trames
Dont pour nous en planter savent user les femmes (…)
Molière, l'École des femmes, I, 1.
4 (De féroces oiseaux…)
Chacun plantant, comme un outil, son bec impur
Dans tous les coins saignants de cette pourriture.
Baudelaire, les Fleurs du mal, CXVI.
5 Il plantait en terre le lourd trident, s'appuyait sur le manche luisant, poli par le travail et la sueur (…)
M. Constantin-Weyer, Source de joie, IV.
Au p. p. || Flèche (cit. 5) plantée dans le dos.
Au p. p., avec un adverbe. (En parlant des cheveux, des poils, des dents). || Bien, mal planté. Plantation (de cheveux). || Cheveux plantés bas sur le front (→ Brosse, cit. 3; broussailleux, cit. 2). || Des dents bien plantées.
6 La barbe amincie vers l'oreille dessine les os maxillaires; il est impossible de voir une barbe mieux plantée (…)
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 160.
7 (…) une bouche épaisse toujours ouverte sur des dents mal plantées (…)
F. Mauriac, les Anges noirs, Prologue.
4 Mettre, placer debout, droit. Dresser. || Planter un drapeau, une enseigne ( Arborer, cit. 1), des étendards sur les tours d'un bâtiment (→ Honneur, cit. 109). || Planter une échelle. Poser. || Planter un obélisque (cit. 1) sur une place. || Calvaires plantés aux carrefours (cit. 3). || Planter sa tente (→ aussi Pavillon, cit. 1). || Planter des décors. Plantation. || Peintre qui plante son chevalet devant le motif (cit. 9). || Planter son chapeau sur sa tête.Par anal. || Planter quelqu'un (vx). Aposter; planton.
8 Bien que dans les côtés (du théâtre, de la scène) il pût être à son aise,
Au milieu du devant il a planté sa chaise (…)
Molière, les Fâcheux, I, 1.
9 Nous plantions au hasard nos tentes, dont nous étions sans cesse obligés de battre la toile afin d'en élargir les fils et d'empêcher l'eau de la traverser.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 41.
10 Le peuple entra dans les Tuileries (…) par le guichet du Pont-Royal. Un drapeau tricolore fut planté sur le pavillon de l'Horloge (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 206.
11 Deux femmes en cheveux ont planté leurs chaises au milieu de la chaussée et renversent la tête vers l'azur poudreux (…)
Colette, l'Envers du music-hall, Matinée.
12 Ce soir-là c'était la neige. Elle tombait depuis la veille et naturellement plantait un autre décor.
Cocteau, les Enfants terribles, p. 7.
Fig. || Planter un personnage. Camper. || Romancier, dramaturge qui sait planter ses personnages.P. p. || Héros bien planté.
5 Techn. || Planter un bâtiment, en fixer le tracé à l'aide de piquets. Appliquer directement et brusquement. || Planter un baiser sur la joue. || Il plante son regard dans le regard troublé de l'enfant (→ Contact, cit. 7). || Il planta sur eux ses yeux luisants (→ Bouche, cit. 4).
13 (…) au moment où elle rentrait dans sa loge, il lui planta un rude baiser sur la nuque (…)
Zola, Nana, V.
6 Planter… là : abandonner brusquement, impulsivement (une personne, une chose) en un endroit (→ Laisser en plan). Quitter. || Il l'a planté là et s'est enfui en courant.Fig. Camper, plaquer (→ Lâcher d'un cran, laisser tomber). || Elle l'a planté là, net (cit. 27). || Je perdis courage et plantai là tout.
14 J'eus la constance d'aller toujours mon train, suant, il est vrai, à grosses gouttes, mais retenu par la honte, n'osant m'enfuir et tout planter là.
Rousseau, les Confessions, IV.
15 Elle me l'a dit, elle est décidée à tout planter là, à sortir de ce paradis pour aller vivre dans votre mansarde.
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 745.
16 Bien sûr que c'est un cochon ! déclare Françoise d'un air convaincu. On ne fait pas à une cousine la cochonnerie de la planter là, le ventre gros.
Zola, la Terre, I, I.
17 Mais il ne faut pas non plus nous traiter comme des gens de rien, prendre votre plaisir, et nous planter là, pour faire rire de nous.
Bernanos, Sous le soleil de Satan, Prologue, II.
17.1 (…) liberté (…) ce maître mot (…) Je le murmurais au lit, dans l'oreille endormie de mes compagnes et il m'aidait à les planter là.
Camus, la Chute, p. 153.
B Intrans. (De se planter, B.). Emploi non familier. Cesser de fonctionner à la suite d'un plantage (B., 2.). || Mon vieil ordinateur n'arrête pas de planter. || Faire planter l'ordinateur.
——————
se planter v. pron.
A
1 (Sens passif). || Arbuste qui se plante en automne, en pleine terre.Flèche qui vient se planter dans une cible.
2 (1512). Réfl. Se tenir debout et immobile (par rapport à qqch.). Arrêter (s'), poster (se). || Elle se planta devant le lit (→ Fraîcheur, cit. 12). || Venir se planter devant qqn, devant les pas de qqn (→ Bœuf, cit. 11), en face de qqn, derrière qqn.
18 Donc, ce jour-là, Roquin avait monté les étages de Miraud, s'était planté devant les panneaux de chêne, les avait contemplés en silence cinq bonnes minutes.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XXIV, p. 289.
19 Les trois filles s'étaient plantées à l'écart et regardaient les bouviers en train de dételer les taureaux.
J. Giono, le Chant du monde, II, III.
B (V. 1970). Réfl. Fam. a (Concret). Véhicules. Sortir de la route (→ Aller dans le décor). || La voiture s'est plantée à la sortie du virage.Par ext. || Un bateau s'est planté sur les cailloux.(Personnes). || Il a bien failli se planter. || Il s'est planté en bécane et il est resté trois mois à l'hôpital.
19.1 Plongée dans la nuit, la piste apparaît comme un trou d'ombre menaçant. On va se planter, murmure le commandant. Pas avec votre assistant, dit Rocco (…) Il est du coin.
Roger Borniche, le Ricain, p. 203.
b (Abstrait). Personnes. Se tromper, faire une grosse erreur; échouer. || Elle s'est plantée dans ses prévisions. || Tu t'es planté à la troisième question. || « Il n'a jamais douté de lui, même quand on lui disait : “Tu vas te planter” » (Actuel, févr. 1980, p. 180).
19.2 Tantôt ils faisaient de bonnes affaires, tantôt ils se plantaient.
Jeanne Cordelier, la Passagère, p. 44.
C Non familier. (Ordinateur). Planter (B.). || L'ordinateur s'est encore planté.L'emploi intrans. (ci-dessus, B.) est plus courant.
——————
planté, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1665, « fiché en terre »).
1 Sapins plantés en cercle (cit. 7). || Arbre planté à l'abri, en plein vent.Lieu planté d'arbres. || Avenue plantée d'arbres écimés (cit. 1). || Parc planté de tilleuls (→ Municipalité, cit. 2). || Terrain planté et terrain bâti.(Au sens 3). → cit. 6, 7 et supra.(Au sens 4). Voir ci-dessus.
2 (Personnes; fin XVIIe). Bien planté : droit et ferme sur ses jambes, bien bâti, vigoureux. || Un garçon bien planté (→ Faraud, cit. 3). || Le corps droit et bien planté (→ Avaler, cit. 36). || Bien planté sur ses jambes, ses pieds. Campé.
20 (…) beau à merveille et planté sur ses pieds comme un jeune chêne.
G. Sand, François le Champi, XVIII.
3 Planté (quelque part). Debout, immobile. || Se tenir planté sans bouger (→ Assiette, cit. 1).Rester planté (→ fam. Prendre racine), planté comme un piquet (→ Debout, cit. 3), une borne (cit. 8), un terme. || Ne restez pas planté là à me regarder. || Être planté devant une vitre (→ Loqueteux, cit. 3), une papeterie (cit. 2).
21 Vous le voyez planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes.
La Bruyère, les Caractères, XIII, 2.
22 Dans une compagnie, il m'est cruel de ne rien faire, parce que j'y suis forcé. Il faut que je reste là cloué sur une chaise ou debout, planté comme un piquet, sans remuer ni pied ni patte, n'osant courir, ni sauter, ni chanter, ni crier, ni gesticuler quand j'en ai envie.
Rousseau, les Confessions, XII.
23 Dehors, la famille demeura un moment plantée au milieu de la rue.
Zola, la Terre, I, II.
4 Victime d'un plantage (B.). (Ordinateur). || Ma bécane est plantée.
5 N. m. Planté.
CONTR. Arracher, déraciner. — Coucher.
DÉR. Plant, plantage, planté, planteur, planteuse, plantoir, planton, planquer.
COMP. Complanter, déplanter, replanter, transplanter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • planter — Planter. v. a. Mettre une plante en terre pour faire qu elle prenne racine & qu elle croisse. Planter un arbre. planter des choux. planter de la chicorée, de la laituë. On dit, Planter un bois, planter une avenuë, une allée, pour dire, Planter… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • planter — Planter, Plantare, Serere, Conserere, Inserere, Pangere, Repangere, Ponere, Deponere. Planter, ou enter aupres et joignant, Asserere. Planter de lieu en autre, Arbores transducere, aut Transplantare. Planter tout entour, Circunserere. Le fait de… …   Thresor de la langue françoyse

  • Planter — may refer to:* A box or pot for plants also known as a jardiniere * A person who, or object that, plants seeds * A coloniser. * Planter (farm implement) device towed behind tractor for sowing crops * A person who owns / manages a plantation*… …   Wikipedia

  • Planter — Plant er, n. 1. One who, or that which, plants or sows; as, a planterof corn; a machine planter. [1913 Webster] 2. One who owns or cultivates a plantation; as, a sugar planter; a coffee planter. [1913 Webster] 3. A colonist in a new or… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • planter — (n.) one who sows seeds, late 14c., agent noun from PLANT (Cf. plant) (v.). Mechanical sense by 1850. Meaning proprietor of a cultivated estate in W.Indies or southern colonies of N.America is from 1640s, hence planter s punch (1924). Meaning a… …   Etymology dictionary

  • planter — ► NOUN 1) a manager or owner of a plantation. 2) a decorative container in which plants are grown …   English terms dictionary

  • planter — [plant′ər] n. ☆ 1. the owner of a plantation 2. a person or machine that plants 3. a container, usually decorative, for potted or unpotted house plants 4. Archaic a colonist or pioneer …   English World dictionary

  • planter — (plan té) v. a. 1°   Mettre un végétal en terre pour qu en prenant racine il croisse. Planter des saules, des choux, des salsifis. •   Heureux donc qui jouit d un bois formé par l âge ! Mais plus heureux celui qui créa son bocage, Ces arbres,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PLANTER — v. a. Mettre une plante en terre pour qu elle prenne racine et qu elle croisse. Planter un arbre. Planter des choux. Planter de la chicorée, de la laitue. Planter des fleurs. Planter au cordeau. Planter en quinconce.   Planter un bois, une avenue …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PLANTER — v. tr. Fixer une plante en terre pour qu’elle prenne racine et qu’elle croisse. Planter un arbre. Planter des choux. Planter de la chicorée, de la laitue. Planter des fleurs. Planter au cordeau. Planter en quinconce. Fig. et fam., Il est allé… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.